With her talent, her sultry vocals and her charisma, Maureen Angot is a French musician whose definitely caught our attention. She’s already made waves having been featured on two of France’s most iconic talent shows, The Voice and Star Academy, where the world was first introduced to her soulful, seductive voice. After the release of her first EPs and taking a turn at songwriting, Maureen is back in the spotlight from her recent collaboration with another French icon, rapper MC Solaar on his comeback album, « Géopoétique ». We had the pleasure of chatting with the songstress on her origins and her inspirations.

Avec son talent, sa voix énigmatique et son charisme, Maureen Angot est une chanteuse française qui a attiré notre attention. Elle s’est déjà fait remarquer en tant que candidate dans les deux émissions de talents les plus emblématiques de France, The Voice et Star Academy, où nous avons entendu pour la première fois sa voix chaleureuse et puissante. Après la sortie de ses premiers EP et l’écriture de chansons, Maureen est de retour à l’occasion de sa récente collaboration avec une autre icône française, le rappeur MC Solaar, sur son album « Géopoétique ». Nous avons eu le plaisir d’échanger  avec l’Artiste sur l’origine de sa passion et ses inspirations.

2
Could you please share with us your journey of becoming a musician? 

Well, my dad was an opera singer and a professor of Lyrical Art. I enrolled early to the conservatory of Montpellier at 4 years old, I was passionate about ballet. I thought that becoming a ballerina was what my life would be. My dad made me work hard, especially in reading music, he recorded exercises that I had to listen to before sleeping so I could sing them to him in the car the next day on my way to school. He said that the brain works all by itself during the night if we give it exercises before closing our eyes, which I believe is true. I still use this method. Then every weekend we would listen to operas all around the south of France, sometimes pieces that lasted 7 hours, or Wagner, which we both really liked. I felt priviledged to be a little girl always cut off from the realities of the world. We listened to classical music at home and I often felt that there were so many other worlds to discover. Pop culture intrigued me, my dad called it « Boom Boom Music », up until the day I heard Michael Jackson (I was a pre-teen), and it was a shock for me, and my body began to move differently.<

When I was 11 years old, due to a serious car accident, my dad became a tetraplegic until he passed away 8 years after. Strangely, there was a sense of great freedom, where I could see the world in a different light, and I began writing lyrics for hip hop. I discovered latin music, from the caribbean, dance, rap, jazz, soul, pop, rock, I wanted to take in everything like a binge. After making a 4-track mock-up with a producer in the south, my music arrived on the desk of an artistic director at Vogue/BMG who thought that I was the new French Safe. The label closed six months after. I finally decided to enroll to the conservatory of Jazz in Paris, and that’s when the television caught me one night at a Jam session in a club. I entered Star Academy, I was apprehensive but my curiosity got the best of me. My instinct was right because this experience changed my life and I met so many great artists, especially MC Solaar.

Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

Eh bien, mon père était chanteur d’opéra et professeur d’art lyrique. Je suis rentrée très vite au conservatoire de Montpellier à 4 ans, j’étais passionnée de danse classique. C’était d’ailleurs en danseuse de ballet que je voyais ma vie. Mon père me faisait travailler dur, le solfège notamment, il enregistrait des exercices que je devais écouter avant de dormir et lui chantait dans la voiture le lendemain matin en allant à l’école. Il disait que le cerveau travaillait tout seul pendant la nuit si on lui donnait des exercices avant de fermer les yeux, ce qui n’est pas faux. Je me sers encore de cette méthode. Puis tous les week end nous allions écouter des opéras un peu partout dans le sud de la France, des fois des pièces de 7 heures, du Wagner que nous aimions particulièrement. Je me sentais privilégiée comme petite fille et en même temps coupée des réalités du monde. On écoutait que du classique à la maison et je ressentais souvent qu’il y’avait encore beaucoup d’autres mondes à découvrir. La culture Pop m’intriguait, mon père appelait ça la « Musique Boom Boom »…Jusqu’au jour ou j’ai entendu Michael Jackson, (j’avais une dizaine d’année),ce fut un choc, surtout dans mon corps, mon corps a commencé à danser différemment.

Quand j’ai eu 11 ans, il y’a eu ce grave accident de voiture et mon père est resté tétraplégique avant de décéder huit ans après. Bizarrement, ça a été les années de grandes liberté, j’ai pu appréhender le monde sous un nouveau jour, et me suis mise à écrire des textes comme du hip hop. Je découvrais les musiques latines, caribéennes, la dance, le rap, le jazz, la soul, la pop, le rock, je voulais tout rattraper comme une boulimique. Après avoir fait une maquette 4 titres avec un producteur véreux du sud, mes titres sont arrivés sur le bureau d’un DA de chez Vogue/ BMG qui trouvait que j’étais la nouvelle Sade française.. le label a fermé six mois plus tard. J’ai finalement décidé de rentrer au conservatoire de Jazz de Paris, et c’est la télé qui est venu me chercher un soir de Jam dans un club. J’ai dit oui à la Star Académy, pas vraiment sûre mais la curiosité l’a emporté. Mon instinct a eu raison car cette expérience a changé ma vie et j’y ai rencontré de grands artistes, notamment Mc Solaar.

3
What sort of music do you identify with?

As I mentioned, I definitely like everything about music, which probably has saved my life in some way. Whether it’s music that makes me sway my hips or stimulates my brain or if it sooths my heart, all the different styles of music can coexist in the same line of what I’m doing today.

Dans quel genre musical vous reconnaissez-vous ?

Comme je l’ai expliqué, j’aime définitivement tout de la musique qui m’a probablement sauvé la vie. Qu’elle me fasse bouger le bassin, qu’elle stimule mon cerveau ou qu’elle apaise mon coeur, tous les styles peuvent coexister en filigrane dans ce que je fais aujourd’hui. 

momo

What are some of the artists who inspire you?

Michael Jackson for me, is the Jesus of music; he gave so much Love to the planet through his songs. While, the French language, which I love and I will always defend, invites a different kind of singing due to its many consonants. The Anglo-Saxonne culture is a great school to learn, but the subtleties of French always catch up with you. For me the highlights are Claude Nougaro, MC Solaar, Françoise Hardy and Serge Gainsbourg.

Quels sont les artistes qui vous inspirent?

Michael Jackson pour moi c’est le Jésus de la musique; il a donné tellement d’Amour à la planète à travers ses chansons, c’est un exemple. En revanche, la langue française, que j’aime par dessus tout et que je veux défendre, invite à chanter différemment à cause de sa majorité de consonnes. La culture anglo-saxonne est une super école mais les codes de la langue française te rattrapent toujours. La fine fleur pour moi c’est Claude Nougaro, c’est Mc Solaar,  Françoise Hardy et Serge Gainsbourg.

4

What have you done since the launch of your EPs, « What Can I Do? » and « Nos Coutures »?

I’ve been performing live, I recorded a jazz disc with Julien Daian Quintent, I participated in the album of Papillon Paravel, I wrote a book that I hope to get published soon, as an absurd manual of being a singer.

Qu’avez-vous fait depuis la sortie de vos EP « What can I do? » et «  Nos Coutures »?

Du live, un disque de jazz avec le Julien Daian Quintet,  j’ai participé à l’album de Papillon Paravel,  j’ai écrit un livre aussi que j’ai envie de sortir bientôt, comme un manuel absurde de la chanteuse. 

You’re also a Songwriter/Compositor, what does your creative process look like? 

I make some tea and I take a seat at the piano.

Vous êtes Auteur/Compositeur, comment se déroule votre processus de création ?

Je prépare du thé et je me mets au piano.

How did your collaboration with MC Solaar on his album, « Géopoétique » (released 3rd November) come to be?<

Last September, he invited me to be a part of the chorus on his new songs. I was thrilled, but also because he had come back to his creative journey, and his energy and his words can only do good for the world.

Comment est arrivée la collaboration avec MC Solaar sur son Album « Géopoétique » sorti ce 3 Novembre?

En septembre dernier, il m’a invité à venir faire des choeurs sur ses nouveaux titres. J’étais ravie, et aussi du fait qu’il reprenne le chemin de la création, son énergie et ses textes ne peuvent faire que du Bien au monde.

1

How was your experience recording the duets, « J.A.Z.Z. » and  « Super Gainsbarre »?

Around our coffees, I touched on the subject of a duet that he had done with the rapper Guru, « Le Bien, Le Mal » on one of the Jazzmatazz sessions that had really left an impression on me. Claude said that at this moment, he was thinking of creating lyrics that would honor Guru. Claude said to be, you know Guru’s real name is Keith Elam, and he said with an American accent, « Kiffez l’âme » (Love the soul). He then asked if I wanted to write something as well. A few days after that, we were in the studio and I was completely frozen at the idea of reading my words to Claude (lyrics that I hadn’t even finished and that I practically finalized in front of the microphone). Claude was so kind and patient with me so that I could find my marks and so I could give the best that I could from my heart. He’s exactly the man that you’d imagine, intense, elegant and subtle. It was a great pleasure and an amazing gift to have worked with him and his team.<

Comment s’est passé l’enregistrement de ces deux duos, « J.A.Z.Z.» et « Super Gainsbarre»?

Autour de nos cafés, j’ai abordé le sujet du duo qu’il avait fait avec  le rappeur Guru, « Le Bien, le Mal » sur les sessions Jazzmatazz, qui m’avait beaucoup marquée. Claude me dit à ce moment là qu’il était justement en train de réfléchir à un texte pour rendre hommage à Guru. Claude me dit, tu sais quel est le vrai nom de Guru, c’est Keith Elam, et il me dit avec l’accent américain: « Kiffez l’âme… ». Et il rajoute, veux-tu écrire quelque chose aussi? Quelques jours après, nous étions en studio, j’étais complètement tétanisée à l’idée de lire mon texte à Claude(texte qui n’était même pas terminé et que j’ai peaufiné pratiquement derrière le micro). Claude a été on ne peut plus bienveillant et patient à mon égard pour que je trouve mes marques et que je puisse donner le meilleur de ce que j’avais dans le coeur. Il est l’homme qu’on imagine, intense, élégant et subtile. C’est un vrai bonheur et un grand cadeau de travailler avec lui et avec son équipe.

If by some magic, you could sing a duet with any other musician living or dead, who would it be and why? 

I would love to have a duet with Leonardo da Vinci, because I’m sure that he had a beautiful voice. We could be talking about the world, of humanity, I already see the music video in my head…(laughs).

Si vous pouviez, d’un coup de baguette magique, faire un duo avec un Artiste vivant ou mort, ce serait qui et pourquoi ?

J’aurais aimé faire un duo avec Léonard de Vinci, qui j’en suis sûre, avait une belle voix. On aurait parlé du monde, de l’humain, je vois déjà le clip…(Rires).

Credits:
interview: Charin Chong
photographer: Robin Navarro-Harraga
fashion director: Julien Mazzoli
makeup: Peggy Vallor @Backstage Agency